212021Août

Hypotension artérielle – La tension ou pression artérielle est la force qu’exerce le sang sur les parois des artères. Une hypotension artérielle se caractérise par cette pression du sang se retrouvant faible. Il s’agit ainsi de l’inverse de l’hypertension.

Hypotension artérielle : c’est quoi ?

Une hypotension artérielle désigne une faible pression transitoire ou permanente, occasionnelle ou fréquente. Il ne s’agit pas d’un problème de santé mais plutôt d’un symptôme. La cause d’une hypotension peut varier : problèmes neurologiques, effets secondaires d’un médicament, déshydratation…

Une baisse subite de la pression sanguine peut être accompagnée d’étourdissement et faiblesse pendant plusieurs secondes, parfois d’évanouissement. Il s’agit de symptômes apparaissant en général lorsque l’on se lève rapidement d’un lit ou d’un fauteuil. Tout comme le rythme cardiaque et la température du corps, la pression sanguine doit se maintenir à un niveau constant afin d’assurer un bon fonctionnement de l’organisme.

Les symptômes d’une hypotension artérielle peuvent concerner tous types de personnes de façon occasionnelle, même les jeunes en bonne santé. Les individus de plus de 65 ans sont cependant ceux en souffrant le plus régulièrement. Ceux-ci doivent consulter un médecin pour en déterminer la cause exacte. A savoir que les personnes alitées et les femmes enceintes sont également les plus sujettes.

Focus sur la pression sanguine

La pression sanguine (tension artérielle) est composée de la pression systolique et de la pression diastolique. Leur mesure s’effectue en millimètres mercure (mmHg).

La pression systolique désigne la pression sanguine lorsque le cœur se contracte et propulse du sang dans les artères. C’est elle qui permet d’assurer le bon apport de sang partout dans notre corps.

La pression diastolique est la pression continuant de s’exercer sur les artères entre chacune des contractions quand le cœur se remplit à nouveau de sang. Ainsi, avec une pression de 120/80, 120 correspond à la pression systolique et 80 la pression diastolique.

Une pression est dite normale quand elle est inférieure ou égale à 120/80 (115/75 dans certains pays). Il faut cependant savoir que les chiffres de pression artérielle peuvent fortement varier d’une personne à l’autre, et selon le moment de la journée en fonction des activités. Au repos, des personnes en bonne santé se retrouvent avec une pression sanguine plus basse que la normale. C’est le plus souvent le cas pour les athlètes et autres sportifs s’entraînant de façon régulière. Il y est vu un signe de bonne santé cardiovasculaire. Il est ainsi en général considéré que plus la pression est basse, mieux c’est.

Mais en dessous d’un certain seuil, la pression est alors trop basse pour envoyer correctement le sang dans l’ensemble des vaisseaux sanguins, ce qui a pour conséquence de ne plus oxygéner de façon suffisante certaines parties du corps, tout particulièrement le cerveau, et provoquer des vertiges et évanouissements.

La pression sanguine est contrôlée par divers mécanismes régis par le système nerveux « autonome » (qui n’est pas contrôlé consciemment). Une chute de pression survenant par exemple lors du passage de la position assise à debout est rapidement corrigée par des réactions réflexes telles que l’augmentation du rythme cardiaque ou le rétrécissement de l’ouverture des petits vaisseaux sanguins. Ces réactions réflexes ont lieu lorsque les barorécepteurs, qui sont des capteurs de pression sanguine logés dans la paroi des artères, détectent la baisse de pression.

Types d’hypotension

Plusieurs formes d’hypotension artérielle sont existantes, avec des causes et symptômes pouvant varier. Voici les deux formes les plus courantes d’hypotension transitoire et non soutenue qui touche davantage les populations âgées.

Hypotension orthostatique ou posturale

Les symptômes surviennent après un lever trop rapide d’une chaise ou d’un lit, ou encore d’une position accroupie ou penchée. Le volume de sang qui parvient jusqu’au cerveau diminue de façon temporaire, ce qui provoque des étourdissements, des troubles visuels et peut aussi causer une chute. L’hypotension orthostatique se veut courante chez les personnes âgées. Seul 5 à 10 % de la population générale est en effet concerné. Et elle touche 15 % des personnes âgées de plus de 65 ans et 30 % des plus de 75 ans.

Le plus souvent, il n’existe pas de cause mise en évidence et il est question de cas anodins. Quand une hypotension est courante, un médecin doit être consulté. Un problème neurologique peut par exemple perturber la régulation du système nerveux contrôlant la pression sanguine. Cependant, chez les personnes âgées, la cause la plus courante est la prise d’un médicament.

Voici les principales causes d’hypotension orthostatique :

  • Une déshydratation (associée ou non à de la fièvre). Les personnes âgées ressentent moins l’envie de boire et sont alors plus sujettes à la déshydratation.
  • La prise de certains médicaments, comme par exemple ceux étant employés pour le traitement d’une hypertension ou d’une dysfonction érectile, les antidépresseurs, les anxiolytiques et neuroleptiques, la nitroglycérine (et dérivés nitrés), les diurétiques et autres substances médicamenteuses utilisées pour le traitement d’une insuffisance cardiaque.
  • La consommation d’alcool ou de marijuana
  • Suite à une immobilisation prolongée au lit, un déconditionnement physique ou une perte de poids marquée.
  • Un trouble du muscle cardiaque ou des vaisseaux sanguins (troubles cardiaques, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, varices importantes)
  • Le diabète (pouvant endommager le système nerveux)
  • Un problème de santé atteignant le système nerveux (maladie de Parkinson, sclérose en plaques, syndrome de Guillain Barré…)
  • Un accident vasculaire cérébral et autre problème de santé dégénératif qui touche le système nerveux autonome.
  • Une insuffisance de la glande surrénale
  • Le retrait brusque d’une corticothérapie (cortisone) prise depuis très longtemps

Hypotension postprandiale

Elle se caractérise par une importante baisse de la tension artérielle dans les 2 heures qui suivent le début du repas, cela entraînant des étourdissements, des nausées, un évanouissement ou une chute.

Après un repas, le processus de digestion cause un afflux de sang vers l’estomac et les intestins, cela pouvant provoquer une légère baisse de la pression artérielle. Chez les personnes âgées ou affaiblies, cette diminution de pression est suffisante pour causer des symptômes d’hypotension. Les symptômes se manifestent après 15 minutes à 2 heures une fois le repas pris.

L’hypotension postprandiale se veut la plus courante en cas de diabète, d’insuffisance cardiaque, d’insuffisance rénale ou de maladie de Parkinson. Elle touche généralement les personnes âgées qui souffrent aussi d’hypertension artérielle.

Une hypotension grave peut avoir lieu en cas d’hémorragie importante, de choc anaphylactique ou de septicémie (infection généralisée), et alors nécessiter une prise en charge médicale en urgence.

Diagnostic d’une hypotension artérielle

A l’inverse d’une hypertension artérielle, il n’existe aucune valeur seuil définissant l’hypotension. Si aucun symptôme n’est présent, plus la pression artérielle est basse, plus la santé cardiovasculaire est bonne. Afin d’établir un diagnostic, le médecin tient principalement compte des symptômes. Ceux-ci ont tendance à apparaître quand la pression systolique est située en dessous de 100 ou 90 mmHg (millimètres de mercure).

Pour prouver qu’il existe un cas d’hypotension orthostatique, il est nécessaire que, en passant rapidement de la position couchée à la position debout, la pression diminue de plus de 20 mmHg systolique sur 10 mmHg diastolique.

Concernant l’hypotension postprandiale, elle se définie en général par une réduction de la tension artérielle systolique d’au minimum 20 mmHg en position couchée dans les deux heures qui suivent le début d’un repas.

Quand consulter ?

Le plus souvent, une période occasionnelle d’hypotension n’est pas grave et ne nécessite ainsi pas de consulter un médecin. Mais en en cas de répétition, si les symptômes s’avèrent gênants ou si la pression artérielle ne parvient à retrouver son niveau normal, qu’elle reste inférieure à 90 mmHg, alors il est recommandé de consulter.

Hypotension artérielle : les symptômes

  • Étourdissements
  • Sensations de faiblesse
  • Vue trouble
  • Nausées
  • Rythme cardiaque accéléré
  • Évanouissement ou syncope

Les personnes à risques

  • Les personnes âgées
  • En prenant de l’âge, les parois des vaisseaux sanguins ont tendance à devenir plus rigides et les barocepteurs moins sensibles aux variations de pression dans les artères.
  • Les femmes enceintes
  • Lors de la grossesse, la pression sanguine diminue mais le volume sanguin global augmente. Des facteurs hormonaux peuvent provoquer un relâchement des muscles des parois artérielles et veineuses et alors causer une hypotension artérielle occasionnelle.
  • Les personnes qui souffrent de problèmes cardiaques
  • Un grand nombre d’infarctus tout comme une problème diffus du muscle cardiaque (cardiomyopathie, myocardite) peuvent empêcher le cœur de propulser le sang à une pression suffisante.
  • Les personnes qui ont d’importantes varices
  • Une quantité importante peut en effet stagner dans les varices.
  • Les personnes souffrant de diabète et ayant connu des complications du système nerveux autonome.
  • Les personnes qui souffrent de problèmes touchant le système nerveux

Tel que la maladie de Parkinson, le syndrome de Guillain-Barré (neuropathie aiguë rare), sclérose en plaques, maladie de Shy-Drager (maladie neurodégénérative rare).

  • Les personnes ayant souffert d’accident vasculaire cérébral
  • Les personnes qui souffrent d’une insuffisance de la glande surrénale ou ayant brusquement arrêté un traitement prolongé à la cortisone

Les facteurs de risque

  • La consommation d’alcool accroît les risques d’hypotension chez les personnes étant déjà affaiblies. L’alcool a pour effet de dilater les vaisseaux sanguins et faire uriner, ce qui entraîne une déshydratation et fait baisser la pression sanguine.
  • L’effet hypotenseur de l’alcool cumulé à celui du cannabis(marijuana) peut causer une hypotension artérielle importante et prolongée chez certaines personnes.
  • Un grand nombre de médicaments peuvent causer l’hypotension : anti-hypertenseurs, diurétiques, vasodilatateurs, neuroleptiques, anxiolytiques, hypnotiques, antidépresseurs et dérivés nitrés.

Mesures préventives en cas d’hypotension orthostatique

  • Se lever doucement
  • Avant de vous lever du lit, étirez-vous puis asseyez-vous au moins 1 minute sur le bord. Évitez également de vous lever rapidement d’une chaise ou d’un fauteuil.
  • Boire régulièrement de l’eau
  • En cas de température élevée, chez les personnes prenant des diurétiques et limitant leur apport en sel, l’apport en eau peut prévenir l’hypotension.
  • Éviter de consommer de l’alcool
  • La consommation d’alcool peut causer l’hypotension.
  • Éviter de consommer du cannabis (marijuana)
  • Éviter tout environnement chaud
  • La chaleur a pour effet de dilater les vaisseaux sanguins et d’accentuer la sudation, ce qui peut causer une légère diminution de la pression artérielle.
  • Manger une nourriture un peu plus salée
  • Éviter de croiser les jambes
  • En position assise, si vous croisez les jambes, cela crée une pression sur les veines et empêche le sang de circuler correctement. Le port de bas de contention peut aider le sang à bien circuler.
  • Éviter tout effort physique quand il fait chaud
  • En cas de longue station dans la position debout, buvez rapidement 500 ml d’eau froide pour accroître le volume sanguin.
  • En cas de problèmes cardiaques ou hypertension, consultez votre médecin de façon régulière pour qu’il adapte en temps réel le dosage du traitement. Et si vous soupçonnez que la prise d’un médicament cause une hypotension artérielle, parlez-en à votre médecin.

Mesures préventives en cas d’hypotension post-prandiale

  • Ne pas boire d’alcool avant et après les repas
  • Éviter les repas copieux et privilégier les repas légers mais plus fréquents (attention au sucre)
  • Après le repas, une promenade à pied est bénéfique

Bon à savoir : boire un thé ou un café à la fin des repas permet d’atténuer l’hypotension post-prandiale (la caféine augmente la pression sanguine). Mais attention à ne pas augmenter votre consommation de café sans prendre l’avis de votre médecin.

Traitement d’une hypotension artérielle

Une basse pression sanguine ne causant pas de symptômes ou produisant des moments brefs et peu fréquents d’étourdissement quand on se lève ne nécessite en général aucun traitement.

Le traitement d’une hypotension artérielle dépend surtout de la cause sous-jacente. Modifier des habitudes de vie est le plus souvent suffisant.

Quand une hypotension est constante et liée à la prise d’un médicament, le médecin vous recommandera très certainement de le stopper ou diminuer.

Quand une hypotension orthostatique impacte de façon considérable sur la qualité de vie et que les mesures de précaution ne s’avèrent pas suffisantes pour arrêter les symptômes, alors il peut y avoir prescription de médicaments. Ils permettent d’agir sur le système nerveux et sur le contrôle du volume sanguin.

Le médicament qui est généralement le plus prescrit est la fludrocortisone : il permet d’augmenter le volume sanguin. La midodrine peut également être prise 30 minutes avant le lever, puis à 2 ou 3 reprises au cours de la journée. En cas de légère hypotension, la pyridostigmine peut aussi être prescrite.

La prise de médicaments ralentissant la vidange de l’estomac, comme par exemple l’acarbose, peut aider au traitement de l’hypotension post-prandiale chez les diabétiques. Dans tous les cas, le médecin doit surveiller étroitement les personnes souffrant d’hypotension afin d’éviter toute hausse brutale de tension. Enfin, poser un entraîneur électrosystolique (pacemaker) peut permettre d’aider au traitement en augmentant le rythme cardiaque.

Ce qu’il faut faire si un proche s’évanouit

Allonger la personne qui vient de s’évanouir et lui lever les pieds permet de conduire le sang vers son cerveau. En cas d’évanouissement dû à une crise d’hypotension, alors cette personne devrait reprendre connaissance immédiatement. Mais si elle ne reprend pas connaissance rapidement, appelez les secours.




Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *