142021Juil

Cardiopathie congénitale – Également appelée « malformation cardiaque chez l’adulte » ou « trou dans le cœur », la cardiopathie congénitale est une malformation du cœur existante à la naissance. Si certaines formes de cardiopathies congénitales se veulent mineures et ne causent pas de problème cardiaque, d’autres sont très graves et entraînent des complications.

Les cas de cardiopathie congénitale sont en général découverts à la suite d’apparition de symptômes chez le bébé durant la petite enfance et peuvent faire l’objet d’une réparation par acte chirurgical une fois le diagnostic posé.

Cardiopathie congénitale de l’adulte : c’est quoi ?

La cardiopathie congénitale de l’adulte se présente soit par une anomalie asymptomatique au départ, associée par la suite à l’apparition de symptômes, soit par une malformation traitée pendant l’enfance et nécessitant une autre intervention ou un nouveau traitement à l’âge adulte.

Les patients ayant été opérés afin de réparer une malformation congénitale durant leur enfance peuvent connaître certaines complications plus tard dans leur vie , ce qui nécessite un suivi et des soins cardiaques réguliers tout au long de leur vie.

Il peut arriver que les symptômes ou complications associés à une cardiopathie congénitale se manifestent pour la première fois à l’âge adulte.

Principales formes de cardiopathie congénitale mineure diagnostiquée chez l’adulte

La malformation septale (« trou dans le coeur »)

Elle peut se situer entre les deux ventricules du cœur (communication interventriculaire) ou entre les deux oreillettes du cœur (communication interauriculaire). Dans les deux cas, le sang oxygéné qui provient des poumons vient se mélanger au sans désoxygéné provenant du reste de l’organisme. Il arrive qu’une malformation septale entraîne de graves complications, cela si le mélange de sang, contenant moins d’oxygène que normalement, quitte le cœur pour alimenter l’organisme (il s’agit d’une dérivation de sang nommée « shunt » droite-gauche). Quelle que soit la direction (droite vers la gauche ou inverse), un shunt oblige le cœur à fournir de plus gros efforts pour parvenir à alimenter l’organisme en oxygène.

Les anomalies valvulaires

A la suite d’une anomalie ou malformation, une valvule cardiaque peut se retrouver dans l’incapacité de s’ouvrir et/ou de se refermer entièrement. Cela oblige le cœur à fournir plus d’efforts pour assurer le pompage d’un volume de sang suffisant pour permettre de combler les besoins de l’organisme.

Les vaisseaux sanguins étroits

Si les vaisseaux sanguins sont trop étroits, le cœur doit travailler de façon plus importante afin de fournir un apport suffisant en sang. Il arrive que des vaisseaux sanguins ne soient pas reliés correctement et envoient alors du sang désoxygéné dans l’organisme ou renvoient du sang oxygéné vers les poumons. Une personne atteinte d’une cardiopathie congénitale court un risque prononcé de rencontrer des problèmes cardiaques (AVC, hypertension pulmonaire, insuffisance cardiaque et arythmie.

Cardiopathie congénitale : les causes

La cardiopathie congénitale est un problème de santé se caractérisant par sa présence à la naissance. Certaines pathologies et troubles d’origine génétique (héréditaire) tels que la trisomie 21 sont associés à des cardiopathies congénitales. Aussi l’exposition à certaines substances ou affections chez les femmes risquent de provoquer une cardiopathie congénitale chez le fœtus.

Les symptômes

Les symptômes généralement associés à une cardiopathie congénitale chez l’adulte sont les suivants :

  • Essoufflement à l’effort
  • Grande Fatigue
  • Cyanose (lèvres, peu et bout des doigts bleuâtres du fait d’un manque d’oxygène)
  • Souffle cardiaque
  • Arythmie cardiaque
  • Enflure au niveau des extrémités

Il arrive que ces symptômes soient confondus avec d’autres problèmes cardiaques ou pulmonaires, d’affections moins graves, ou encore avec les effets de l’âge ou une inactivité physique.

Diagnostic

Voici les examens le plus souvent réalisés pour diagnostiquer une cardiopathie congénitale chez l’adulte :

  • Échocardiographie, servant en la détermination de la structure anatomique du cœur, le volume de sang que le cœur pompe et sa pression interne.
  • Électrocardiographie, permettant à repérer toute anomalie du rythme cardiaque.
  • Radiographie thoracique, servant à connaître la taille ainsi que la forme du cœur.
  • Cathétérisme des artères coronaires, permettant de déterminer quels sont les vaisseaux sanguins étant obstrués ou au débit restreint.
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM), permettant l’obtention d’images détaillées des cavités et vaisseaux sanguins du cœur.
  • Épreuve d’effort, visant à mesurer la fonction cardiaque quand le cœur fournit un effort important.

Traitement

Il existe plusieurs méthodes pour traiter et prendre en charge la cardiopathie congénitale, selon le type et la gravité de la malformation.

Observation

Certaines cardiopathies congénitales mineures faisant l’objet d’un diagnostic à l’âge adulte ne nécessitent ni traitement, ni acte chirurgical. Mais ces patients doivent bénéficier d’un suivi cardiaque régulier afin de s’assurer qu’il n’y ait pas d’aggravation avec le temps.

Les traitements médicamenteux

Pour certaines cardiopathies congénitales mineures, il est possible d’aider le cœur à mieux fonctionner via la prise de médicaments :

  • visant au ralentissement du rythme cardiaque (les bêtabloquants)
  • favorisant la détente des vaisseaux sanguins (inhibiteurs calciques)
  • contribuant à la prévention de la formation de caillots sanguins
  • visant en l’élimination d’excès de liquide dans l’organisme (les diurétiques)

Les médicaments ne font pas forcément preuve d’efficacité dans certains cas de cardiopathie congénitale. Un médicament administré pour traiter une affection précise peut en effet aggraver d’autres formes de cardiopathies congénitales.

Un grand nombre de personnes atteintes de cardiopathie congénitale présente des risques d’infection du cœur qui peuvent entraîner le décès, particulièrement dans le cas d’une endocardite, cela même si l’anomalie a été réparée. Afin de réduire les risques, certaines personnes doivent prendre des antibiotiques avant toute intervention chirurgicale ou dentaire. Il est donc conseillé d’interroger son médecin afin de déterminer si vous devez prendre des antibiotiques.

Intervention chirurgicale / cathétérisme

Certaines cardiopathies congénitales faisant l’objet d’un diagnostic à l’âge adulte nécessitent une intervention chirurgicale. En général, cette opération peut s’effectuer avec un cathéter (tube introduit dans un vaisseau sanguin pour atteindre le cœur). Les techniques de cathétérisme employées pour la réparation de petites malformations septales et certaines anomalies valvulaires. Elles sont aussi utilisées pour une angioplastie par ballonnet ou pour la pose d’endoprothèse permettant d’ouvrir un vaisseau sanguin ou une valvule. Utiliser un cathéter permet également d’apporter des corrections à des réparations réalisées durant l’enfance. Un remplacement valvulaire et une réparation de certaines malformations congénitales compliquées sont effectuées lors d’une opération à cœur ouvert.

Parfois, il arrive qu’une personne atteinte de cardiopathie congénitale pouvant causer le décès puisse recevoir une transplantation cardiaque ou une greffe coeur-poumons. Ce type d’intervention n’est cependant réalisable seulement pour les personnes étant dans un état de santé leur permettant de subir une intervention chirurgicale majeure.






Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *